Les dessous de GEM

 

Ce qu’on ne t’a pas dit lors de tes oraux

 

Après une prépa ou une admission par Passerelle, tu rentres à GEM. Quelle joie de voir « admis » sur le site internet le jour de tes résultats. Etant issue d’un DUT, je venais de réussir à intégrer la meilleure école du classement post DUT/BTS/FAC.

J’arrive à GEM en septembre, remplie d’espoir et de bienveillance vers cette nouvelle vie qui m’attend. Mais, les ennuis commencent lorsque j’entends le mot « shotgun ». Ce n’était pas marqué dans les brochures, ni au discours d’Escapade. Chaque 1A a dû, avant d’apprendre son cours de MQAD, apprendre à shotgun plus vite que son ombre. Le stress de la connexion internet qui rame, c’est le mal du XXIeme siècle.

De plus, le fléau GEM Bis. Ah ça, ils ne s’en sont pas vanté ! Quel est le comble de la supercherie ? Payer 12K pour faire 15 minutes de trajet en plus, pour aller dans des locaux d’hosto. C’est la réponse qui est le plus revenue lorsque j’ai demandé autour de moi quels étaient les vices cachés de GEM.
Et si on continuait un peu ? les partenariats avec les autres écoles. Ça, c’était dans les brochures. Ecoles Ferrières, Strat… ça fait rêver les petits Bac +2 que nous sommes. Oops. Coquille. Seulement 5 à 10 places, sur une promotion de 700.

Les assos : on en a tous parlé pendant nos entretiens de juin, on disait dans laquelle on rêvait d’aller après moulte recherches internet. 404 error : pas assez de place pour tous les postulants, mais une centaine de doublons.
Le mot le plus entendu dans les couloirs du GEM est « bullshit ». Un cours inconnu sur l’emploi du temps ? On n’y va pas c’est bullshit. Le partiel de gestion de projet ? bullshit. Les amphis à 8h le lundi ? bullshit. En sortant de prépa, on découvre de nouvelles matières, on rentre enfin dans le merveilleux monde des cours utiles à notre projet professionnel et puis… on a cours de « outil bureautique ».
Et puis je passe sur les emplois du temps pétés où le lundi et mardi tu as 3 heures de cours tout cumulés mais que tu te tapes du 8h-20h mercredi, et à GemBis tant qu’à faire.

Après, GEM y’a aussi des bons points. Faut se l’avouer, on s’y plait quand même. Les listes, les assos, les groupes de TD, les GP (oui oui) on est devenu amis et on compte bien le rester. On pense déjà à nos futurs collocs, à ce qu’on va faire ce dimanche ensemble, à planifier une journée au ski entre potes. C’est aussi ça GEM : la famille.

Marie Bonnefond

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz